scattered_reason scattered_reason

48 posts   217 followers   92 followings

Scattered_Reason  âś’đź–‹"Certains se rĂ©fugient dans le biff et l'alcool, Moi c'est plutĂ´t dans le fictif et les hyperboles"đź–‹âś’ - J'aime Ă©crire des textes très diffĂ©rents

Bonjour/Bonsoir à toutes et à tous !
Comme vous l’avez remarqué et comme j’en ai parlé dans ma story ces derniers jours, je rencontre depuis un peu plus d’1 mois de grosses difficultés à écrire. En effet, j’ai réalisé, il y a quelque temps que j’avais beau avoir des projets, des idées de textes, des structures intéressantes à mettre en place, je n’arrivais plus à écrire, le vide complet. J’ai pensé dans un premier temps que c’était simplement dû au fait que j’étais en vacances et que donc inconsciemment, je préférai passer du bon temps et ne rien faire ou alors m’amuser, etc. Mais au bout d’un moment, l’écriture a commencé à me manquer, j’avais envie d’écrire. Mais rien. C’est donc ainsi que j’ai commencé à très fortement m’inquiéter pensant que ma plume était « morte » . Par la suite, en discutant avec des gens sur ce sujet, certain d’entre eux m’ont fait prendre conscience qu’une des raisons de cela pourrai peut-être le format de publication. Selon eux, peut-être que le poids du format « Contexte-Texte-Analyse » est tellement important que cela me décourage sans que je m’en rende compte. Et je pense qu’ils ont raison, je ne pense pas que c’est l’unique raison, mais qu’en grande partie c’est vrai, puisque pour vous donner une idée, une explication de texte classique peut me prendre plusieurs jours, car je dois beaucoup réfléchir à ce que je dois dire ou non dans un texte. Sachant qu’en général, j’aime écrire des textes complexes, les explications s’allongent et deviennent beaucoup trop longues comme me l’ont fait notés certains d’entre vous ce qui vous décourage et (en quelques sortes) me fait perdre du temps étant donné le temps que je passe dessus. C’est donc pourquoi pendant quelque temps, je vais arrêter ce format en partie, je m’explique : pour le feed il n’y aura aucun changement, je mettrai bien les postes du format. Cependant, seul le texte aura sa place dans les postes et les deux autres parties seront vides temporairement jusqu’à que je décide, si j’en ai l’envie ou que l’on me le demande, de les remplir. (Suite en commentaires)

Le début de ce texte apparait comme une sorte d'introduction. En effet, il introduit le personnage au coeur de l'intrigue mais nous donne également des indications quant à la situation dans laquelle il se trouve que ce soit au niveau temporel (cf "Il est 1 h 30 du mat" qui indique qu'il est une heure tardive) ou spacial ("je viens de me faire virer du bar" et "Je me lève sur les pavés sales de ma ville" indiquant ainsi qu'il est probablement dans une rue de sa ville non loin d'un bar). Nous pouvons assez facilement déduire l'état dans lequel se trouve notre personnage (cf " Descendre encore quelques Jack" qui indique que notre personnage a énormément bu et que justement cet alcool va avoir comme effet de le faire s'endormir "Mais il faut croire que Morphée a finalement eu raison de moi, Je me lève sur les pavés sales de ma ville, ce trou à rats" rejetant la faute sur la fatigue et non l'alcool)
Par la suite, notre personnage se déplace (cf " Circule dans les rues, démarche d’un corps inerte") et durant cette marche semble s'auto-critiquer de manière générale (cf "Chevalier d’la table ronde qui cherche toujours un sens, une quête" critique ici le fait qu'il ne parvient pas à trouver un objectif ; " Je passe ma vie à vivre dans le flou, Comme si l’Humain préférait voir trouble" critique ici son rapport à l'alcool qui lui permet de ne plus voir ses souffrances et ce qui le blesse; "Perdu au sein de ma ville, cherche désespérément à la fuir" il ne cherche qu'une seule chose : fuir sa ville, source de ses problèmes)
Par la suite, il continue sa marche maladroite (cf " Titube dans les rues, slalom imaginaire") et après s'être critiquer une nouvelle fois (cf " Ma morale n’a plus de vertu, mes poumons sont noirs, respire de l’herbe" il n'a, selon lui, plus aucune qualité morale et passe son temps à fumer de la frogue), il va se permettre de mettre en évidence par ironie ce qu'il considère comme une injustice (Suite en commentaire)

Il est 1 h 30 du mat, je viens de me faire virer du bar
J’aurais bien voulu rester plus tard
Descendre encore quelques Jack,
Mais il faut croire que Morphée a finalement eu raison de moi,
Je me lève sur les pavés sales de ma ville, ce trou à rats
----
Circule dans les rues, démarche d’un corps inerte
Chevalier d’la table ronde qui cherche toujours un sens, une quête,
Je passe ma vie Ă  vivre dans le flou,
Comme si l’Humain préférait voir trouble,
Perdu au sein de ma ville, cherche désespérément à la fuir ----
----
La nuit, Nuit, Nuit
Meurs et compagnie,
Nuit, Nuit
Lentement tombe comme la pluie
----
Titube dans les rues, slalom imaginaire,
Ma morale n’a plus de vertu, mes poumons sont noirs, respire de l’herbe
Puni par injustice :
Cherche luxure, récolte misère,
Puni par simple justice :
Cause souffrances involontaires
----
La nuit, Nuit, Nuit
Subconscient de ma folie,
Nuit, Nuit
Un peu comme Dem’s : prie l’Amnésie
La nuit, Nuit, Nuit
NĂ©vroses et alcoolisme
Nuit, Nuit
Lourdement pèsent sur mon esprit
----
Face au purgatoire,
Je n’ai plus rien à faire valoir
Face au purgatoire,
Vision de sang, de tout ses rasoirs
----
2 h 30 du mat, traîne un drogué alcoolique,
Crois en un dieu, mais ne prie pas, sa foi est anorexique
Les dents jaunies, poumons noircis,
De mes maux, je suis l’attributaire
Peaux blanchis, phalanges rougis,
Incapable de rendre fier mon père
----
Je m’enfuis, la nuit, la nuit,
Pour Ă©viter de leur nuire,
Nuire, nuire
Malgré ça, je reste un fils indigne
Donc je fuis, je fuis, je fuis,
Je veux juste la fuir,
La fuir, fuir,
Celle qui trĂ´ne dans mon esprit
----
La nuit, Nuit, Nuit,
Faucheur de sa vie,
Vie, Vie
L’armoire restera à jamais vide
---- #Ă©crivainsdedemain

Ces dernières semaines ont été comme qui dirait assez mouvementé pour moi. En effet, j'ai tout d'abord réalisé que j'avais un problème avec l'alcool. Cela pourrai ne pas vous surprendre au vu du grand nombre de fois où je fais référence à l'alcool et son ivresse que ce soit dans mes textes ou dans mes story. Pourtant ce soucis est bien plus récent que l'on ne pourrai le penser. Par ailleurs, après avoir rencontré une femme ayant elle aussi un compte de texte sur instagram (dont je tairai le nom) et après mettre lié d'amitié avec elle, nous avons fini par réaliser que de part l'impact que nous avions l'un sur l'autre et après quelques peripéties que nous n'étions plus de simples "amis", nous avons dévélopper des sentiments l'un envers l'autre. Suite à cela nous avions décider de couper les ponts afin de ne pas souffrir inutilement.
Cependant, les choses se sont plutôt bien arrangés pour moi au niveau de l'alcool et aussi pour nous deux (sans trop en dire plus). C'est donc ainsi, après avoir pris conscience de la chance que j'ai eu que les choses sont rentrés dans l'ordre, que je me suis posé une certaine question : "Et si ca s'était mal passé ?" Je vous laisse donc avec cette "Bad Ending" que j'ai imaginé qui, malheuresement, aurai très certainement pu devenir réalité.

~~Voir post au milieu du feed~~

Bonjour à tous et à toutes !
Dans ce poste, comme vous avez pu sûrement le deviner, je vais vous donner la date limite pour me rendre vos écrits !
Étant donné qu’à partir du 21 juillet je ne serai que très peu présent sur les réseaux pendant deux semaines (puisque j’aurai, il me semble, quelque chose comme 30 min de connexion par jour dans une certaine zone de mon camping), j’ai décidé de vous laisser jusqu’au 6 Août pour me rendre vos textes !
Je n’ai pas encore choisi de date pour donner les résultats, mais ils seront sûrement donnés dans les 3 jours qui suivent et j’identifierai tous les participants !
Je vous souhaite de bonnes vacances et bonne chance à vous ! (Ps : cela m’arrangerait si vous pouvez m’envoyer vos postes en privé que je puisse m’y retrouver plus facilement. Merci d’avance !)

~~Voir post au milieu du feed~~

Afin d’éclaircir les zones d’ombre de ce texte, nous allons procéder d’une manière très différente de d’habitude puisque nous allons expliquer chaque vers individuellement ou bien plusieurs à la fois selon les liens qui résident entre eux. Commençons : « Immense salle aux mille flambeaux, » (Idée que le cerveau contient de très nombreuses lumières que ce soit des éclairs de génie ou bien l’idée que les neurones produiront une faible lumière de par leurs décharges électriques) « Place du fictif où des relations cartésiennes, » (Idée qu’il permet l’infinie de l’imagination mais aussi résoudre des problèmes comme des calculs) « Données diverses ou de sanguins vaisseaux
Sont stockés dans une étroite boîte crânienne. » (Nous pouvons souligner que le cerveau peut sauvegarder de nombreuses informations mais contient également comme de nombreux organes énormément de vaisseaux sanguins. Ainsi, dans un espace minime peuvent être stockées des milliards de choses) ---- « Paradoxale fonction biologique
Qui éloigne du cœur tant de vilains maux,
Dans cette prison d’apparence abiotique
Sont stockés pourtant d'anciens vivants tableaux » (Le paradoxe réside dans le fait que le cerveau est capable de fidèlement stocker une information et de ne pas l’évoquer afin de ne pas apporter d’éventuelle souffrance morale en prenant le risque qu’avec le temps l’humain ne ressente plus rien face à cette information, enlevant à cette dernière tout bonheur ou autres émotions malgré le fait que l’évènement soit bel et bien arrivé) ---- « Intrigant être, otage du réel,
Se réfugie dans le passé ou dans l’imaginaire, » (Idée que l’humain aussi étrange qu’il soit, cherche toujours lorsqu’il souffre de son présent, tente d’oublier en prenant le risque de souffrir davantage en fouillant dans ses souvenirs ou dans son imagination) « S’y réfugient des questionnements spirituels,
D’enfants déchus obsédés par leurs salaires » (Ainsi, l’humain en tentant de se consoler va finalement se questionner sur sa propre existence, ses choix, ses erreurs ou encore ses peurs, lui qui était autrefois un être si innocent mais qui aujourd’hui n’a qu’une seule chose en tête : payer le loyer)
(Comm ->)

Immense salle aux mille flambeaux,
Place du fictif ou des relations cartésiennes,
Données diverses ou de sanguins vaisseaux
Sont stockés dans une étroite boîte crânienne.
----
Paradoxale fonction biologique
Qui éloigne du cœur tant de vilains maux,
Dans cette prison d’apparence abiotique
Sont stockés pourtant d’anciens vivant tableaux
----
Intrigant être, otage du réel,
Se réfugie dans le passé ou dans l’imaginaire,
S’y réfugient des questionnements spirituels,
D’enfants déchus obsédés par leurs salaires

#Ă©crivainsdedemain

Avant d’écrire ce texte, je me posais énormément de questions sur cet organe si mystérieux : le cerveau. De nombreuses questions se bousculaient dans ma tête, j’essayais de créer des liens entre diverses choses comme la capacité de réflexions et les émotions d’un être humain où comme la question de savoir si les êtres possédant un cerveau n’étaient pas juste de simples cervelles sur pâtes. Et plus je réfléchissais et plus je trouvais des hypothèses de liens entre différentes choses. C’est donc comme cela que j’ai eu l’idée d’écrire là-dessus de manière générale en utilisant le même principe que mon poème sur le silence que vous aviez de manière générale bien apprécié.Je voulais donner une dimension complexe à ce poème et assez froide, mais en tentant de le réciter j’ai réalisé que j’y appliquais un ton plus dynamique et violent comme pour un écrit sur un type beat, c’est donc pourquoi il est plus rythmé que son prédécesseur.

Most Popular Instagram Hashtags