maxime.lula.morales maxime.lula.morales

530 posts   1,762 followers   2,090 followings

Lula Morales  🎓Coach dĂ©v perso/sĂ©duction@morningkiss.com 👉SpĂ©cialiste en dev de potentiel/de l'estime de soi 📚Auteure đŸŒ±Vegan 🏃42,195km 🌍lulamorales.com 🔮Youtubeuse

Petit run en toute pepouzité ce matin+ une gentille séance de méditation sur la plage ... Bienvenue chez moi. #developpementpersonnel #run #running #healthy #barcelona #newlife

Eh bien sur je passe au fief, prendre un peu de fat et dire bonjour aux copaings... #govegan #vegansofig #vegan #veganfood #veganpizza #letsgetfat

De retour Ă  Paris. Dans un petit havre de douceur au cƓur de la capitale pour une bonne dizaine de jours (plus si j'ai pas de chance...) Dans la quiĂ©tude de cet appartement, j'Ă©cris, je respire et je prĂ©pare la suite. La suite ? Ça va aller encore plus vite. #developpementpersonnel #Paris #Parisjetaime #coach #devperso #strongereveryday #slowlife #iambackbitches #readyornothereicome

C'est fou comme certaines personnes ont du mal avec le caractĂšre multiple d'un individu. OUI tu peux dire des gros mots et Twerker en short et bouclettes le matin et enfiler une veste de tailleur et faire du consulting l'aprĂšs midi. Soyez multiples et ne laissez personne vous poser une Ă©tiquette sur le front. #coaching #coach #youtube #entrepreneur #teasertime #powerful #multiple #professionnelle

Beaucoup d'amour ce soir :) #friendship #amitie #jevousaime

Ce n'est qu'un au revoir, les amis... Je vous aime, vous le savez ? #friendship #amis #aurevoir #jevousaime #tropdamour

Premier atelier MEETIC x MORNING KISS.

Aujourd’hui Ă©tait une journĂ©e assez importante pour moi. Parce que ce matin, aux alentours de 6 heures, j’ai reçu un mail de la part d’un client qui a repris les choses en mains depuis que nous avons commencĂ© Ă  travailler ensemble. Et il a dit cette phrase qui m’a tirĂ© une larmichette « Bref, je me dĂ©cide Ă  agir aprĂšs 10 ans d’immobilisme ». Il y a dĂ©jĂ  6 semaines que j’ai quittĂ© mon travail et que je suis Ă  100% dans mon travail de coach, et je commence tout juste Ă  me dire que je suis capable de fournir une prestation satisfaisante. Mais de plus en plus, je commence Ă  me faire confiance.

J’aborde chaque confĂ©rence, chaque atelier collectif, chaque session individuelle, chaque livre, chaque article, chaque chronique radio avec une certaine ambivalence. Une part de moi s’auto-check et se dit « bien ouej meuf ! » et l’autre calme le jeu et se dit qu’en fait, non, j’assure rien du tout


Pis y a ce moment, ou je m’oublie complĂštement, ou je sais ce que je fais, ou je suis dans le flow et ou je fais la mariole, de vive voix, Ă  travers un micro ou par Ă©crit... et ou je me rappelle que je suis en terrain connu.

Et en fait c’est normal. Merde, j’ai 31 ans, dont 8 looongues annĂ©es de double vie.
Huit loooongues annĂ©es Ă  ne pas pouvoir laisser exploser mon potentiel parce que mon job alimentaire paye mon loyer et que je ne peux pas me permettre de compter sur quelqu’un d’autre que moi pour mettre un toit sur ma tĂȘte. Comme me le dit ma tante « tu t’es faite toute seule ». Je nuance fortement car en rĂ©alitĂ©, j’ai des dizaines de personnes Ă  qui je me dois de dire « merci » et sans qui je n’aurais RIEN pu faire (elles se reconnaitront, et je les aime du fond du slip). Huit longues annĂ©es Ă  travailler comme une tarĂ©e, Ă  dĂ©sespĂ©rer de satisfaire tout le monde, Ă  ĂȘtre une employĂ©e, une auteure, une entrepreneure, et une freelance. Mais aussi Ă  ĂȘtre une petite amie, une fille, une sƓur ou une amie

A reprendre des formations, cumuler les textes, les prĂ©sentations, les CV et les maquettes. Huit annĂ©es de petites victoires, mais aussi de refus et « d’échecs » bien nuls.
Je sais travailler, je sais ce que je fais. J'ai la compétence.

Le bonheur est un point de vue... ... En fait dans la mesure ou je ne suis pas a moitiĂ© a poil, je pouvais m'abstenir de contrebalancer avec une phrase philosophique. Mais je l'ai mise quand mĂȘme ...

... Et sans se casser la gueule, s'il vous plait! #run #running #letitsnow #recovery #strongereveryday #runninggirl

L’ANIMAL. -Il fallait bien un soldat, pour dompter mon animal. -Qui a Ă©lit sa taniĂšre au creux de mon ventre.
-Il voit, il sent, il perçoit -Comme un aimant -Il l’a menĂ© Ă  moi. -Il sait sans comprendre
-Il voit au futur -Glisse dans mon esprit des images -Qui me poursuivent, m’étreignent, m’obsĂšdent -Des arabesques de visages, des dizaines d’elles
 et de moi. -Jours et nuits, je l’ai vue, -Assise au bord d’un lit
-Cheveux noirs, sourire radieux
 -J’aurais du regarder de plus prĂšs. -C’était elle
 Celle qui lui Ă©tait destinĂ©. -Je l’avais vue avant lui. -Sa promise, sa dulcinĂ©e
-A lui qui m’avait tant fait saigner. -Quant au dĂ©tour d’une photo, je l’ai reconnue
 -Jours et nuits, je l’ai vue -Assise au bord d’un lit -Queue de cheval et yeux de chats
-Qui transperçaient ma poitrine -Pourquoi ces couleurs, pourquoi ces images ? -Pourquoi Londres ? Pourquoi l’Inde ? -Et cette paire d’yeux
. Mais ce sont les miens !
-Je l’ai vue avant lui. -Mais c’est au dĂ©tour d’un miroir je l’ai reconnue 
 -Jours et nuits, , ma chĂ©rie, je l'ai vue
-Se perdant dans la volupté
-Gemir, trembler, et crier.
-Mais cette douce Ă©pilepsie
-Ne naitra pas sous mes baisers... -Tout au long de la journĂ©e, Mon animal me vomit des informations Ă  l’état brut.
-Un accident de voiture, -Un fou-rire, une rupture
. Puis sa rencontre.
-Des sons, des conclusions, des vives rĂ©actions. -M’impose des dĂ©cisions prises Ă  mĂȘme la peau -Prendre un train ou un avion Ă  la derniĂšre minute
-M’endormir devant une vidĂ©o et lui dire « A bientĂŽt »
-Attraper mon ordi et laisser mon animal sur le clavier hurler des mots.
-Des mots qui l’appellent, rĂ©veillent son Ă©piderme, -Sonnent Ă  son oreille comme un chant de sirĂšne
-Ils sont mon piĂšge, mon fil d’Ariane -Ses belles Ă©paules s’empĂȘtrent dans ma toile.. -Jours et nuits, il m’avait vue
-Cheveux mi-longs et hanches suaves -Devant une vidĂ©o, il m’a dit « A bientĂŽt »
-C’est au dĂ©tour d’un sourire
 Qu’il m’a reconnue.

STEP III : LYON

C'est la quatriÚme fois en quatre mois que je quitte la ville pour intervenir ou donner une conférence.

C'est mon exercice préféré. De l'élaboration du plan aux appplaudissements du public.

Je ne me lasse pas encore des trains, des avions, de ma petite valise violette pas chĂšre remplie Ă  la derniĂšres minute.
Je n'en ai pas encore marre des Wi-Fi des gares et des aéroports, des sachets de chips à deux euros et des courses-poursuites pour trouver cette putain de Voiture 17 avant la fermeture des portes... Et je n'ai pas encore soupé du trac, de la peur de mal faire, du syndrÎme de l'inposteur qui me prend à J-2, des mains qui tremblent les 120 premiÚres secondes, des petits blancs, des trous de mémoires.... Et surtout surtout, j'aime, j'aime j'aime cet état de flow quand je maitrise mon sujet, j'aime les rires du public, j'aime faire le pitre, j'aime savoir que mes efforts sont utiles et que les gens qui ont assisté à la prestation repartent avec des informations ou un suplément motivation.
Lors de cette photo, j'avais d'Ă©normes valises sous les yeux, le collant filĂ© derriĂšre la cuisse, les jambes boursouflĂ©es par la rĂ©tention d'eau, et de monstreuses crampes au ventre (parce que : toujours la mĂȘme chose, les vraiEs savent...). Mais j'aime bien cette photo parce que je me suis jamais autant sentie Ă  ma place qu'Ă  cet instant, mĂȘme avec le corps en vrac... Transmettre des infos, gesticuler, faire des blagues, dĂ©couvrir toutes ces personnalitĂ©s qui composent mon auditoire, parler avec certains d'entre eux et dĂ©couvrir leurs histoires.
OUIIIIII parfois je m'Ă©coute parler, je l'amets, y a des moments ou mon Ă©go fait des saltos arriĂšres dans toute la piĂšce.
Le nier c'est se saborder: pour donner efficacement, il faut vouloir briller : chercher la lumiĂšre pour que son message soit mieux diffusĂ©. J'ai dĂ©cidĂ© d'assumer le fait que oui, j'aime attrapper le micro et ĂȘtre regardĂ©e... #strongereveryday #coach #coaching #entrepreneur #amazone #entrepreneurlife #developpementpersonnel #devperso #mamissionsurterre

STEP I : BERLIN.
Il y a quelques jours, j'ai pris un billet d'avion et je suis partie fais le plein de gris et d'humidité, à Berlin. Et c'était bien.
A berlin j'ai dormi douze heures d'affilé dans le matelas le plus moelleux de l'univers, j'ai mangé un incroyable Currywhurst vegan (parce que oui, tout est posible), je me suis perdue tard le soir, dans le musée de la shoah. Et j'ai rechargé mes batteries d'amour.
Berlin, c'était mon petit pas de coté. Mon dérapage controlé. Un orteil trempé dans ma nouvelle vie de femme libre.
Berlin c'Ă©tait mon mini-congĂ©. Mon calme avant la tempĂȘte. J'ai arrĂ©tĂ© le temps, et me suis permise d'oublier que quelque part, Ă  Paris, un putain de chantier qui s'appelle « ma vie » m'attendait.
Berlin, c'est pas ma ville, ce n'Ă©tait pas « mon destin ». Je ne suis pas tombĂ©e amoureuse de ses rues. Bien trop intello pour moi. Pas assez chaud , et pas assez chalereux. Berlin, c'est ce mec que tu quittes au petit matin ravie de l'expĂ©rience, et sans avoir le cƓur trop gros, tout en sachant qu'il est de grandes chances que vous ne vous rappelliez jamais.
Mais Berlin m'a fait du bien.
A prĂ©sent je rentre Ă  Paris, la boite aux lettres qui dĂ©borde et la centaine de mails qui me regardent dans les yeux. Le STEP II, c'est de rentrer Ă  Paris, et de botter des culs. Je suis dĂ©sormais prĂȘte Ă  garnir mes mains de cambouis...#berlin #ichliebedich #hollydays #itsanewlife #andiamfeelinggood

Most Popular Instagram Hashtags