cachemireetsoie cachemireetsoie

1,257 posts   41,909 followers   614 followings

A.-S. Tardy - Cachemire & Soie  ✨ Les rêves deviennent réalité, mais bon c’est sûr, il faut les aider un peu 💕🌈✨

😌🌸🌱✨ Le printemps, quoi dire d’autre ?
.
.
(Inavouable vérité : j’ai déjà commencé à geindre comme une martyre à cause de la chaleur 🙈)

Je ne sais pas pourquoi, je l’aime cette photo avec le petit coeur qui bat. Elle me met de bonne humeur.
.
J’allais dire « malgré mes guiboles blanches », mais j’écrirai plutôt « avec » : avec mes guiboles blanches et ce short bien trop échancré à rayures jaunes d’œuf acheté dans un moment de « et puis crotte, à la fin. Je vais bientôt avoir quarante piges, si je ne commence pas maintenant à porter ce-qui-me-fait-plaisir-tant-pis-si-je-suis-la-seule-à-aimer, je commence quand ? »
.
Maintenant ? Mmmmmaintenonvaaumoinsessayer.
.
Alors ne vous étonnez pas si vous voyez passer ici ou là sur ce compte une jupe en lamé bleu et rose accompagnée de mules fluo et de boucles platine : je crois que je fais ma pré-crise de la quarantaine. Tous mes fantasmes vestimentaires depuis que j’ai environ six ans et l’âge de cocher « Barbie Crystal » dans le catalogue des 3 suisses** sont en train d’être comblés et ça pique peut-être un peu les yeux. Il faudra me pardonner, d’accord? 😇😂😎
.
(Notez qu’au départ je voulais simplement écrire : bon week-end ✨😘)
.
PS : pffff, non non le petit coeur n’est pas une manière sibylline de laisser entendre quoi que ce soit à propos de vous savez quoi. Il est juste là pour faire joli - jaune et bleu, ça manquait un peu de couleur, je trouvais. Le jour où je serai enceinte, vous serez tenues au courant. CROYEZ-MOI 😬

Pour certains, ce sont des situations inattendues. Pour d’autres il s’agira plutôt de formes, d’un certain agencement du paysage, ou simplement de la combinaison remarquable de lignes.
.
Pour d’autres encore : des visages, des jeux de lumière ou le désir de capturer quelque chose qui, sans cela, disparaîtrait à la seconde suivante. Ce peut-être aussi le besoin de montrer, témoigner, rendre compte... et on pourrait trouver comme ça mille autres raisons encore.
.
Pour moi, c’est sans aucun doute la couleur.
Quel que soit ce qui ressortira finalement de la photo, c’est toujours un ensemble de couleurs frappant qui m’incite à appuyer sur le déclencheur. Mon téléphone est rempli de ces empruntes colorées et il m’arrive fréquemment de me perdre dans les méandres d’un dégradé de vert, un camaïeu de rose ou d’une étrange combinaison de teintes supposées opposées, qui pourtant se marient à la perfection. C’est ça mon plus grand plaisir en photo, la couleur.
.
Et vous ? Qu’est ce qui vous donne le plus envie de sortir votre appareil photo ?

Pfiou! Trois mois et des poussières. Trois mois disons, d’hibernation. Comme les petits ours dans la forêt, qui d’ailleurs semble-t-il n’hibernent pas, mais hivernent ce qui n’est pas tout à fait la même chose. Bref. Comme les petits ours dans la forêt.
.
C’est drôle comme l’impatience de revenir parmi vous se mêle à une sorte de « encore cinq petites minuuutes » (vous savez, ce truc du dimanche matin où vous grappillez encore quelques minutes sous la couette depuis environ deux heures) : ainsi, cette vidéo en forme de carte postale attend depuis près d’un mois d’être publiée. Chaque matin je la sélectionne dans l’application, je pianote quelques lignes (quelques lignes façon « Anne-Solange » c’est-à-dire un roman), hésite sur un ou deux hashtags... et puis non, finalement je remets au lendemain.
.
Alors, comment sait-on que le voyage, quelle que soit sa forme, est sur le point de se terminer et qu’il est temps de reprendre le cours des événements ? Aucune idée. Tout ce que je peux dire, c’est qu’avant même d’avoir commencé à écrire cette énième version, je savais que j’appuierai pour de bon sur le bouton « partager ». J’en ressens l’excitation mêlée de fébrilité qui caractérisait chaque rentrée des classes et à vrai dire, c’est délicieux.
.
Bref, tout cela pour vous dire que je suis contente de revenir jouer avec vous et de vous retrouver.
.
Bon dimanche ensoleillé 😎 😘✨
.
PS : j’ai bien conscience que ce silence radio est de nature à éveiller la curiosité, c’est pourtant une aventure que je désire garder pour moi. En tout cas pour l’instant (parce que bon on ne va pas se mentir, j’aime beaucoup trop raconter ma vie sur internet pour m’en priver indéfiniment 😅).
.
PPS : merci mille fois pour tous vos petits mots. J’ai beaucoup beaucoup de chance.
.
Crédit audio : Ice tea - Not the King

J’écris ces lignes en souriant, alors que retentit dans le salon la danse des chevaliers, du célèbre ballet de Prokofiev « Roméo et Juliette » illustrant l’éternel et absurde combat auquel se livrent sans relâche Montaigu et Capulet. Si je souris, c’est pour deux raisons. La première : il s’agit de l’un de mes morceaux préférés au monde. La deuxième : les premières notes se sont élevées au moment précis où le mot « combat » venait de se former dans mon esprit, pour définir ce à quoi avait ressemblé l’année 2017 à mes yeux. Combat, dans tout ce que cela implique de douleur et de joie selon que la bataille du jour nous paraît gagnée ou perdue. J’ai rarement versé autant de larmes, mais jamais je n’ai tant appris. Et s’il est une chose importante à mes yeux c’est bien ceci : apprendre, apprendre, apprendre. Cette année m’a épuisée. Mais également donné de la force. Voilà d’ailleurs un des enseignements principaux que je retire de ces douze derniers mois : tout est relié, tout est nécessaire. Il faut pas avoir peur de tout vivre pleinement.
.
Ce soir, je ressens une paix presque divine, et des flots de gratitude se déverser dans mon cœur. Parce que c’est ça le jeu : la vie est une bataille et quels que soient nos combats, nous avons la chance inouïe de pouvoir la mener.
.
Je vous embrasse de tout mon cœur, courageux chevaliers de la vie. Et je vous souhaite un réveillon rempli d’amour.

Je vous souhaite un joyeux Noël !!!🎄❤️😘 Où que vous soyez, je pense à vous et je vous embrasse fort.

Ce bleu-vert de l’eau et la frange plus ocre des vagues - si on peut appeler ça des vagues tant les demoiselles on l’air de marcher sur des œufs ce matin. On pourrait croire qu’elles ont fait le mur dans la nuit et tentent de rentrer au bercail sans se faire épingler par Père Mer dont on sait - et c’est peu de le dire - qu’il a quelquefois ses humeurs.
.
La plage encore nue et mouillée. Pas la moindre trace de pas. Ça paraît sensé de dire « la plage endormie », mais un observateur à peine averti peut aisément sentir ce frémissement qui montre bien que ça ne dort jamais que d’un œil, par là.
.
Ce gris un rien teinté de rose sur le côté qui répond si bien à l’or un peu terne du sable fraîchement lavé, sur lequel se reflètent aussi les reliefs incertains d’un ciel dont on sait déjà qu’il ne passera pas la journée sans verser quelques larmes (le ciel normand, si vous voulez mon avis, aurait sans doute besoin d’un rééquilibrage énergétique).
.
Deux ou trois bestioles dans le décor pour compléter le tableau - dont moi ; et ce qu’on serait tenté d’appeler du silence, même s’il faut être un peu gonflé pour nommer « silence » l’écrasement tonitruant du moindre minuscule rouleau. Enfin, n’oublions pas le vent qui, même pratiquement endormi, a toujours quelque chose à nous dire.
.
Et là, solitaire sur mon caillou, les doigts plus ou moins gelés autour d’une tasse vide, la trace douceâtre sur la langue de ce qui fût un café promptement refroidi, j’essaie comme à chaque fois - sans succès, mais non sans plaisir - d’en déchiffrer la grammaire salée.

Merci pour la journée d’hier, passée à travailler calfeutrée dans ma chambre en écoutant les concertos de Rachmaninov pour oublier que j’ai toujours un peu peur quand s’annoncent les tempêtes.
.
Merci pour les pignons de pins grillés et hachés dans presque n’importe quoi et qui rendent tout plus savoureux.
.
Merci pour les choses difficiles qui me poussent à aller chercher plus loin et dont émergent toujours des trésors.
.
Merci pour avoir une maman qui sait me transmettre toujours les livres dont j’ai besoin, exactement au bon moment.
.
Merci pour l’Amour qui est si présent dans ma vie et qui embellit chaque seconde.
.
Merci pour les lumières rasantes de l’automne qui tire à sa fin et pour les longues soirées passées pelotonnés sur le canapé à faire semblant de s’occuper alors que c’est ça le vrai but : être pelotonnés.
.
Merci pour mon corps qui guérit, qui guérit, qui guérit. Pour ces six mois sans pollution antibiotique. Et le bien que ça fait d’imaginer à nouveau partir en voyage.
.
Merci pour les mouettes et les goélands dans tous les ports du monde, qui font que je m’y sens partout un peu chez moi.
.
Merci pour ce petit bout de chemin, que vous me permettez de parcourir avec vous.

Les chambres sont le lieu de la maison dont je sais le moins prendre soin. Je suis le genre à bichonner une cuisine, un salon, un bureau, et même une entrée ou une cave. Mais les chambres, allez savoir pourquoi, ça n’est pas mon truc. Ainsi, la nôtre était à peu près nue jusqu’au mois dernier où je me suis levée tout à coup pour ouvrir le grand sac rempli de cadres qui attendait dans un coin depuis trois ans, sans la moindre intention consciente de quoi que ce soit, sans plan, sans idée particulière, et certainement : sans trait d’inspiration divine. Comme si la machine s’était réveillée d’elle-même.
.
De fait, en quelques heures, le mur était enfin orné de ses cadres et moi lancée à plein régime : un mois plus tard notre chambre est triée, repensée, vidée de tout ce qui n’était plus nécessaire et, à un ou deux détails près, entièrement décorée.
.
Mais le plus important n’a rien à voir avec la décoration.
.
Nous dormons désormais dans un lieu habité par le temps et l’amour qui lui ont été consacrés. Et c’est cela qui rend notre chambre plus vivante et plus agréable. Plus que la couleur des cadres : l’énergie mise à prendre soin de nous, à travers elle.
.
Je me suis souvent posé cette question, ces derniers temps : quels sont les espaces, dans ma vie, auxquels je ne donne pas assez de lumière et qui ont besoin que je prenne soin d’eux? Ce petit recoin sous l’escalier ? Ma vie sociale ? Mon alimentation ? Le temps passé à apprendre de nouvelles choses? Mes papiers administratifs ? Quels sont-ils, ces petits recoins sombres ?
.
Quelle partie de ma vie a le plus besoin que je lui donne de l’amour ?
.
Cette période n’est pas de tout repos en ce qui me concerne. Sans doute est-ce pour cela que je peux ressentir les immenses bienfaits qu’il y a à se laisser guider par les réponses qui en découlent. J’ai eu maintes occasions d’en faire l’expérience 😊.
.
Et c’est pourquoi j’ai envie de vous inviter ce matin à vous demander ceci, vous aussi : quelles sont ces parties de votre vie qui ont tellement besoin que vous leur apportiez de la lumière ? Vous allez voir, c’est simplement magique✨⭐️💫
.
Je vous embrasse fort 💕

« Venise en hiver, c’était un rêve de longue date. Il me restait encore le souvenir ébahi – mais cuisant – de la cité des Doges sous le soleil de plomb de juin 2007 où, avec ma cousine, nous avions invité ma grand-mère à l’occasion de ses quatre vingts ans, honorant ainsi une promesse faite alors nous étions enfants.
.
Mais en vérité, cette Venise-là, la Venise de Juin, si somptueuse soit-elle... »
.
La suite est sur le blog où je vous raconte notre week-end dans la brume, en mots et en images 💛
.
Pour y accéder et le dire ce que vous en pensez, il suffit de cliquer dans le lien sur mon profil ou taper www.cachemireetsoie.fr 😊✨
.
Bonne journée petit peuple d’Instagram !

Nous avons su que nous nous approchions du Pont des Soupirs plusieurs centaines de mètres avant d’y arriver, à cause de la tache sombre formée par la fourmilière de touristes amassés là, venus du monde entier y faire un selfie romantique. Car c’est, littéralement, ce que tout le monde y fait.
.
Je confesse avoir besoin de faire un petit effort pour réfréner la pointe de sarcasme que j’ai toujours à propos de genre de rituel de foule : les trucs culcul la praline de ce type-là que tout le monde fait sans trop comprendre pourquoi.
.
Bien sûr, nous avons joué des coudes nous aussi, afin de pouvoir rapporter glorieusement la photo que vous voyez ici, mais sans intention aucune de se plier à l’autoportrait de rigueur.
.
Au bout de quelques instants cependant, un monsieur solitaire nous a demandé de le prendre en photo. Pendant que David appuyait sur le déclencheur, j’ai réalisé que ce monsieur se disait peut-être qu’il aurait bien aimé pouvoir faire un selfie un peu neuneu avec l’élu(e) de son cœur, lui aussi. Et moi, je m’offrais le luxe de dénigrer - non sans une certaine hauteur - ce genre de plaisir.
.
Ces derniers temps, j’ai souvent ressenti de la tristesse, de la colère, un sentiment d’injustice pour ce que la vie ne me donne pas, oubliant tout ce qui est présent en abondance. Dieu sait qu’il y en a, des belles choses en abondance ! Pourtant j’étais là, à bouder comme une enfant insatisfaite.
.
Alors bien sûr nous aussi, finalement, sous le prétexte fallacieux d’avoir un souvenir à envoyer à nos parents (qui, honnêtement, n’en attendaient pas tant), nous l’avons faite notre photo d’amoureux se faisant des bisous devant le Pont des Soupirs.
.
Et c’était tendre et un peu ridicule, et vraiment délicieux.
.
Je vous souhaite une belle journée 😘✨
.
(Enfin tout de même : faire une photo devant une ancienne prison. Quelle idée!)

Promenade dans le quartier de Castello à Venise, l’un de mes moment préférés car c’est ici que j’ai eu le sentiment de découvrir le Venise des vénitiens.
.
C’est drôle comme en France, nous trouvons exotiques et charmantes les guirlandes de linge suspendues au-dessus des ruelles. Moi la première !
.
Elle traduit pourtant une tout autre définition de l’intimité : laisser son linge de maison exposé aux regards d’inconnus dans la rue, il me semble que cela n’irait pas de soi, pour moi.
.
Curieux, n’est-ce pas, où l’on place l’intime...
.
Je vous ai déjà parlé de mes grands tourments existentiels, de ces petits et grands combats que je mène dans ma vie et même de certains de mes plus gros chagrins... mais exposer mes draps housse au balcon, allez savoir pourquoi, rien que l’idée me donne des frissons ^^
.
Je vous embrasse 😘💛

Most Popular Instagram Hashtags